Maroc : L'orientation, une arme face à l'échec scolaire
Posté par Nabil le 22/07/2006 01:45:35 (2194 lectures) Articles du même auteur

Le taux de réussite des élèves au niveau des collèges et des lycées demeure encore faible au Maroc. Habib El Malki, ministre de l'Education nationale de l'Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique, reconnaît cette réalité quoi qu'il soit satisfait du bilan de cette année scolaire.
Celle-ci est, en effet, caractérisée par la réussite de plus de 100.000 bacheliers ; une première au Maroc. Mais ce n'est pas encore suffisant. 48% seulement des candidats au baccalauréat ont pu réussir cette année. Presque le même taux (51%) est enregistré au niveau de l'enseignement collégial.
Hacked
L'échec des élèves coûte beaucoup au budget de l'Etat. Multiples sont ses causes. La déperdition scolaire participe largement, selon le ministre de l'Education nationale, à la faiblesse du taux de réussite : «La réponse à ce phénomène réside dans la mise en ordre d'une stratégie impliquant non seulement le ministère et le gouvernement mais aussi les autres acteurs, c'est-à-dire les Collectivités locales, le mouvement associatif, les Associations des parents d'élèves…». L'orientation figure également à la tête des causes de l'échec scolaire.

Il est primordial de changer les anciennes pratiques dans le domaine de l'orientation des élèves. Ces derniers doivent être bien guidés et informés sur les perspectives de leur avenir. Les erreurs du passé ne sont plus tolérées.
Des dizaines de jeunes affirment ne jamais avoir reçu un conseil sur le choix de leurs études.

Source : Le Matin

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -


Signets Sociaux

                   

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.


Comment avez-vous découvert iTanger ?
Moteur de recherche
Affiche publicitaire
Un lien sur un site
Journal - Revue
Par un ami
Autres
Tanger Host : Nom de domaine, Hébergement et Serveurs à prix IMBATTABLE

Tous droits réservés. L'observatoire de Tanger © 2006-2008